// Vous lisez...

Revue de Presse

Au TNB, l’amour du théâtre et de la galette saucisse ! - Rennes

Les 15 jeunes comédiens de l’école du TNB répètent leur chorégraphie sur « Galette saucisse, je t’aime ».

Coupe de la Ligue. Samedi, on dansera esplanade de Gaulle avant la retransmission du match. Sur un hymne de supporters chorégraphié par les élèves comédiens du TNB.

Les 15 jeunes comédiens courent sur place, lèvent les bras au ciel, tapent des mains et... font tourner les serviettes ou du moins miment un geste cher à Patrick Sébastien ! La chorégraphie est joyeuse, dynamique et simplissime. Normal : chacun est invité à reproduire ces mouvements au cours d’un flashmob géant organisé samedi, sur l’esplanade de Gaulle. À 20 h 15, ce défoulement collectif de deux minutes trente, sur l’air de Galette saucisse, je t’aime, contribuera à chauffer l’ambiance avant la diffusion sur écran géant de la finale Rennes - Saint-Étienne, à partir de 21 h.

« Ils sont géniaux ! »

Éric Lacascade, le nouveau directeur de l’école supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Bretagne, est un passionné de sport et, particulièrement, de football. François Le Pillouër, le directeur du TNB, est un inconditionnel du Stade Rennais. La sélection pour l’école de comédiens n’a lieu que tous les trois ans.

Drastique, elle ratisse sur toute la France et même à l’étranger. N’est retenue à Rennes que la crème des jeunes talents. En clair, la future élite du théâtre contemporain. Autant dire que les 15 jeunes gens, qui s’agitent sur Galette saucisse, je t’aime, sont davantage attendus sur du Beckett, du Ionesco ou du Shakespeare. « Honnêtement, quand je suis allé leur proposer d’imaginer une chorégraphie, ce n’était pas gagné, sourit Hervé Lejoux de la société Positiv communication, à l’origine de l’événement avec Clap image. En fait, les jeunes, comme leur professeur Éric Lacascade, sont géniaux. Ils débordent d’enthousiasme. En une heure et demie, ils ont trouvé une danse, un enchaînement de mouvements. Une vraie performance de leur part. »

« 51, je t’aime »

Accompagnée, visiblement, d’un sens de l’humour à toute épreuve. « Que des comédiens s’intéressent au foot me semble une bonne chose, confie Éric Lacascade. J’espère que la réciproque est vraie. Je rêve d’un billet commun donnant accès au théâtre et au stade. La culture couvre aussi le sport. Et puis, à l’école du TNB, nous ne sommes pas sur un nuage, à l’écart de tout. J’encourage, au contraire, toute participation à la vie locale. »

Les plus motivés peuvent répéter la chorégraphie sur youtube ou www.galettesaucissejetaime.fr. Des élèves comédiens du TNB seront esplanade de Gaulle, samedi soir, pour entraîner tout le monde. Également mixée au Stade de France par DJ Zebra, en prélude à la finale, cette Galette saucisse, je t’aime a été écrite par une supportrice du Roazhon Celtic Kop. Du moins, les paroles : Galette saucisse, je t’aime/J’en mangerai des kilos/Dans toute l’Ille-et-Vilaine/Avec du lait ribot.

La musique, elle, est une vieille rengaine, reprise ailleurs. 51, je t’aime, j’en boirai des tonneaux est la version marseillaise. À entonner, bien sûr, avec beaucoup plus de modération.

Voir en ligne : Benoit LE BRETON. OUEST FRANCE

Commenter cet article

Commentaires


Dans la meme rubrique

L’Union Européenne interdit la galette-saucisse en ville à partir de 2018
9 décembre 2016 | par Kaiser
Etre supporteur en Ligue 1, ça creuse !
11 mars 2016 | par Kaiser
Chez Pépère à Nantes (Loire-Atlantique), Chez Francis à Marseille (Bouches-du-Rhône) ou à la (...)
Comment la galette-saucisse est devenue l’emblème culinaire de toute une région
19 janvier 2016 | par Guillaume Blot, Kaiser
Dimanche 22 novembre, 15 heures, à proximité du Roazhon Park. Quelques fumées éparses s’échappent (...)
Étienne Daho n’aime pas la galette-saucisse
28 novembre 2015 | par Kaiser
Londres ou Paris ? David Bowie ou Lou Reed ? Madonna ou Amanda Lear ? Étienne Daho a répondu aux (...)
France Inter à Rennes : François-Régis Gaudry met la cuisine du terroir à l’honneur
28 novembre 2015 | par Kaiser
Trois questions à François-Régis Gaudry, critique gastronomique à L’Express et Paris Première, et (...)