// Vous lisez...

Revue de Presse

3 500 fans, du Japon jusqu’au Canada

Où est née la fameuse galette-saucisse, dont on fait aujourd’hui des clips rock ? Tout de même pas sur la pelouse du Stade Rennais ? « Non, confirme Xavier Taheulle, président de la SGSB, l’association de Sauvegarde de la galette-saucisse bretonne. Son origine est paysanne. Dès la fin du XIX e siècle, on en mangeait dans les campagnes à l’ouest de la Mayenne, dans le sud Manche et le nord de l’Ille-et-Vilaine. » N’empêche que le lien avec les soirées foot ne date pas d’hier. « Dans les années 1920, les supporters du Stade Rennais, qui rejoignaient à pied, à cheval, la route de Lorient s’arrêtaient chez un restaurateur, qui faisait de la galette-saucisse, à la Robiquette. » Le lieu-dit, au nord de Rennes, sur Saint-Grégoire, existe toujours. « Manger une « robiquette » était passé dans le langage courant. » Aujourd’hui, rares sont les restaurateurs qui en proposent. « Trop long à préparer. Ils préfèrent la chipolata qui cuit plus vite. »

Les dix commandements

Le meilleur moyen de déguster une galette-saucisse est de se joindre aux grands rassemblements populaires rennais. Et de traîner, bien sûr, route de Lorient, les soirs de match. « Une trentaine de marchands ambulants en proposent. Au fil des années, la qualité du produit s’est améliorée. » A quoi reconnaît-on une bonne galette-saucisse ? « La galette, si elle est bien cuite, tache les doigts. La saucisse ne doit être ni grasse, ni calcinée. »

L’association de sauvegarde, créée en 1994, compte 3 500 membres dont certains vivent en Australie, au Canada, en Chine, au Japon... Leur rôle est d’assurer la promotion du produit loin de leurs bases. « Nous comptons aussi sur les étudiants quand ils rentrent dans leur famille. » Comment devient-on membre de l’association ? « L’achat d’un tee-shirt à 16 € ou d’un sweat à 32 € suffit pour devenir membre à vie. » A condition, évidemment, de respecter les dix commandements de la galette-saucisse, comme « Saucisse, moins de 120 grammes, tu ne feras », « Point de moutarde tu ne mettras » ou « Un verre de cidre t’accompagnera ».

P.-S.

Ouest France du mardi 31 janvier 2012


Commenter cet article

Commentaires


Dans la meme rubrique

L’Union Européenne interdit la galette-saucisse en ville à partir de 2018
9 décembre 2016 | par Kaiser
Etre supporteur en Ligue 1, ça creuse !
11 mars 2016 | par Kaiser
Chez Pépère à Nantes (Loire-Atlantique), Chez Francis à Marseille (Bouches-du-Rhône) ou à la (...)
Comment la galette-saucisse est devenue l’emblème culinaire de toute une région
19 janvier 2016 | par Guillaume Blot, Kaiser
Dimanche 22 novembre, 15 heures, à proximité du Roazhon Park. Quelques fumées éparses s’échappent (...)
Étienne Daho n’aime pas la galette-saucisse
28 novembre 2015 | par Kaiser
Londres ou Paris ? David Bowie ou Lou Reed ? Madonna ou Amanda Lear ? Étienne Daho a répondu aux (...)
France Inter à Rennes : François-Régis Gaudry met la cuisine du terroir à l’honneur
28 novembre 2015 | par Kaiser
Trois questions à François-Régis Gaudry, critique gastronomique à L’Express et Paris Première, et (...)