// Vous lisez...

Revue de Presse

France Inter à Rennes : François-Régis Gaudry met la cuisine du terroir à l’honneur

On va déguster, l’émission culinaire de France Inter, est enregistrée ce vendredi à l’heure du déjeuner, à l’Opéra de Rennes. Elle sera diffusée dimanche, à 11 h.

Trois questions à François-Régis Gaudry, critique gastronomique à L’Express et Paris Première, et présentateur d’On va déguster, sur France Inter.

L’émission est enregistrée en public, à l’Opéra de Rennes, ce vendredi, de 13 h 15 à 14 h 15. Elle sera retransmise dimanche, de 11 h à 12 h.

Quelle est votre recette pour réussir à parler de cuisine à des auditeurs privés d’odeurs et de saveurs ?

Ce qui fait le succès de l’émission depuis cinq saisons, c’est la gourmandise, l’enthousiasme et la passion que dégagent nos invités. Et le subtil mélange entre la pratique – recettes, conseils… – et la culture culinaire. Les auditeurs nous disent souvent : quand j’écoute On va déguster, j’ai envie de me mettre à cuisiner. Quel plus beau compliment ?Au fil des ans, nous avons constitué une base de données très prisée. On peut consulter les recettes sur le site de l’émission et nous préparons un beau livre pour la fin novembre, avec les éditions Marabout.

Présentez-nous vos invités du jour…

On avait vraiment l’embarras du choix. Nous recevons Christophe Gauchet, le chef de L’Arsouille. J’ai découvert ce bistro lors de ma première venue à Rennes, en 2004 : une cuisine néo-populaire, une ambiance canaille et une très jolie carte des vins. Il y aura aussi Paul Renault, qui élève ses poules Coucou avec sensibilité. On les retrouve à la table d’établissements étoilés. Et enfin David Leray, de La Cale gourmande, au Minihic-sur-Rance, qui défend le bio. Tous ont en commun d’être des sentinelles du terroir, des militants qui s’opposent à une uniformisation du terroir.

Rennes, c’est aussi la galette-saucisse…

J’en mange une à chaque fois que je vais au marché des Lices, l’un des plus beaux de France. Mon plaisir, c’est de faire le marché de bonne heure, d’acheter des huîtres, une galette-saucisse, des pommes… et de filer dans le TGV. En rentrant, j’impose des repas bretons à mes proches tout le week-end !

France Inter pose ses micros à l’Opéra de Rennes

Après Lille, au mois de septembre, France Inter délocalise une partie de ses studios à l’Opéra de Rennes, ce vendredi, pour trois émissions en direct et une enregistrée. De 11 h à 12 h 30, dans La Bande originale, Nagui reçoit Yann Queffélec, pour le Dictionnaire amoureux illustré de la Bretagne (Gründ) et le groupe Bikini Machine pour un live 100 % rennais.

De 12 h 45 à 13 h, Nicolas Stoufflet pose ses questions rouges, bleues et blanches. C’est le mythique Jeu des 1 000 euros et son non moins mythique ding ding. De 13 h 15 à 14 h 15, enregistrement de l’émission On va déguster, qui sera diffusée dimanche, de 11 h à 12 h (lire ci-dessus). De 17 h à 18 h, place à Si tu écoutes, j’annule tout, avec Charline Vanhoenecker, Alex Vizorek et leurs acolytes.

Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Si vous restez à la porte de l’Opéra, il vous reste l’option d’écouter France Inter sur www.franceinter.fr et sur le 93.5 FM à Rennes.

Voir en ligne : Morgan KERVELLA - Ouest-France

Commenter cet article

Commentaires


Dans la meme rubrique

L’Union Européenne interdit la galette-saucisse en ville à partir de 2018
9 décembre 2016 | par Kaiser
Etre supporteur en Ligue 1, ça creuse !
11 mars 2016 | par Kaiser
Chez Pépère à Nantes (Loire-Atlantique), Chez Francis à Marseille (Bouches-du-Rhône) ou à la (...)
Comment la galette-saucisse est devenue l’emblème culinaire de toute une région
19 janvier 2016 | par Guillaume Blot, Kaiser
Dimanche 22 novembre, 15 heures, à proximité du Roazhon Park. Quelques fumées éparses s’échappent (...)
Étienne Daho n’aime pas la galette-saucisse
28 novembre 2015 | par Kaiser
Londres ou Paris ? David Bowie ou Lou Reed ? Madonna ou Amanda Lear ? Étienne Daho a répondu aux (...)
Cinq raisons d’aimer le Stade Rennais
23 septembre 2015 | par Kaiser
Pour Philippe Montanier Philippe Montanier est arrivé à Rennes il y a deux ans avec une (...)