// Vous lisez...

Actualité

Où manger une « galette-saucisse » à Rennes ?

Bien décidé à se défaire du nom d’un rival local, le Stade rennais a troqué à l’intersaison sa route de Lorient contre un Roazhon Park plus breton. Ses buvettes, elles, n’ont pas eu à refaire leur devanture pour continuer de vendre leurs super-saucisses locales. Engaletté et arrosé de cidre à en perdre Loïc Raison, le fourrage armorique a même droit à son hymne maison « Galette-saucisse, je t’aime », ainsi qu’à son asso et assise défensive : la S.G.S.B.

MAISON DELAUNAY

Emplacement : Porte 15, au croisement de la rue du Moulin du Comté et du square René Coty

Menu : Galette-saucisse ou merguez (3€), complète (4€), américain + frite (5€)

L’ambiance tranche entre l’éructation joyeuse de la queue d’avant-match et la tranquille Vilaine qui caresse le stand de saucisses. Jaune canari, un comble, les bâches de Delphine attirent les yeux, et l’estomac. Celui de Sylvain Wiltord, notamment, qui laissa sur le comptoir son enveloppe de prime de match, avant de courir aussi vite qu’à la belle époque pour la récupérer. Le snack réussit même le pari du lien avec Thierry « Anaconda » Henry : Delphine utilise des saucisses normandes, plus longues que les bretonnes trouvables aux alentours. Elle va même les répandre à Caen, les soirs de matchs à Malherbe. Compter 15 minutes, unité mi-temps, pour la cuisson, et « une minute minimum » pour le service en or.

LE PLAISIR DU BRETON

Emplacement : Porte 13, Rue de Lorient, au niveau de la rue Jan Palach

Menu : Galette-saucisse (2,50€), frites (2€), crêpes (0,70-1€)

Loué par Xavier, l’un des deux fondateurs de l’association de Sauvegarde de la galette-saucisse bretonne créée « une nuit de 1994, bourrés », Le Plaisir du Breton mise la carte de l’hédonisme historique. Gildas, derrière les braises depuis 2006, a repris le camion blanc du paternel qui cira le bitume pendant une trentaine d’années. S’il avoue ne pas avoir le temps d’aller voir les rencontres, il s’y connaît en foot, allant jusqu’à prononcer distinctement « Pirès » le nom de son fournisseur, M. Pierrès, charcutier-traiteur à Montfort-sur-Meu. Au jeu musclé proposé par la concurrence, Gildas répond par la douceur, celle de ses crêpes. La choco notamment.

LE VALY

Emplacement : Porte 8, 148 bis rue de Lorient

Menu : Galette-saucisse (2,50€)

La consonance rubgystique laisserait penser à un lieu de peña et de beuverie bretonnes. Sauf qu’il est surtout question de boucherie dans cet enclos de supporters. Celle de M. Roulin, à Rennes, qui permet à Alain de garnir sa galette d’une belle saucisse artisanale de 140 grammes, « parfois remplie de jambon, tout dépend ce qu’a le charcutier sous la main ». Alain considère son snack minimaliste comme un « service à la clientèle », un casse-dalle pour les habitués du ventre mou, venus siroter leur pinte au bar d’en face. Étrange qu’Enrico Macias et Francis Cabrel aient préféré aller Chez Lulu lors de leur venue au stade.

Par Guillaume Blot, sur la route

Voir en ligne : So Foot

Commenter cet article

Commentaires


Dans la meme rubrique

"Mes péchés bretons" par Hubert MICHEL
24 octobre 2007 | par Kaiser
Parution le 25 octobre 2007 aux éditions du NIL du livre de Hubert MICHEL : Mes péchés bretons, (...)
Haro sur la galette saucisse
1er octobre 2005 | par Kaiser
Une pétition est en cours à Fougères avec le slogan suivant : "Nous demandons que : la liberté de (...)
J’aime la galette, savez vous comment ?
25 août 2004 | par Kaiser
On aime bien la galette, quand elle est bien faite avec du beurrre dedans... Article paru dans (...)