// Vous lisez...

Revue de Presse

L’histoire. Avec Cédric, Montréal se met à la galette-saucisse

Les Québécois connaissaient les galettes, mais ignoraient qu’on pouvait les savourer garnies d’une saucisse. Grâce à un expatrié qui a grandi près de Rennes, ils vont pouvoir passer à table.

Il est né dans un pays qu’on appelait alors le Zaïre, mais a grandi à Pacé, près de Rennes, choyé par Pierre-Yves et Marie-Jo. Cédric Nkueno-Mouazan, 31 ans, est un garçon attachant.

« Mauvaise expérience »

Formé au lycée hôtelier de Saint-Méen-le-Grand, il était programmé pour faire carrière dans la restauration. Jusqu’à ce qu’une « mauvaise expérience », teintée de racisme, l’incite à renoncer. « Je me suis réorienté et, en 2011, avec ma compagne Murielle, nous sommes partis à Montréal. »

À 5 000 km de Rennes, le couple trouve du travail et s’adapte avec réussite à la rudesse du climat et à la vie de nos cousins québécois.

Marché des Lices

Cédric Nkueno-Mouazan est devenu graphiste, mais il rêve de revenir à ses premières amours. « Début 2014, j’ai commencé à étudier le marché des cafés de Montréal, pour ouvrir le mien. »

Restait à trouver le bon concept.« Je suis rentré à Rennes pour les vacances et en me promenant au marché des Lices, ça a fait tilt ! »

Cédric Nkueno-Mouazan décide d’importer la galette-saucisse à Montréal. « Il y a beaucoup de crêperies ici, mais la galette-saucisse, ils ne connaissaient pas. »

Avec du caramel au beurre salé !

Avant d’ouvrir l’établissement, Cédric Nkueno-Mouazan et sa compagne testent le produit, en marge de grands rassemblements populaires, comme le Restaurant day ou les Week-ends du monde. « On en a vendu des centaines », sourit le jeune homme.

Les puristes recommandent de ne pas ajouter de moutarde ou de ketchup dans leur galette-saucisse. Mais les Québécois sont-ils au courant ? « Ils ont « la dent sucrée », comme le dit une expression québécoise. On a vu certains clients napper leur galette-saucisse, non pas de sirop d’érable, mais de caramel au beurre salé, qu’on vend aussi ! »

Hommage

Mardi, c’était le grand jour pour le Pacéen. Son café ouvre officiellement ses portes. Bienvenue chez Milo & Fine. 40 m² dans le quartier de Rosemont-La Petite Patrie, au-dessus du Plateau, le quartier branché de Montréal.

« Milo et Fine, c’est le nom des grands-parents, aujourd’hui décédés, d’un de mes amis de Pacé. Ils étaient agriculteurs à Lignol, dans le Morbihan. Gamins, on allait souvent chez eux. J’ai le souvenir de grandes tablées et je voudrais perpétuer cet esprit dans mon établissement. »

« Il cuisine tellement bien... »

Cédric Nkueno-Mouazan, qui a bouclé son budget grâce à une opération de financement participatif, vendra café, latte, cappuccino, galettes-saucisses, galettes complètes et autres spécialités bretonnes, du matin jusqu’au soir. « Du fait maison, avec des produits locaux. »

Murielle Pitout lui donnera un bon coup de main, tout en conservant son emploi d’intervenante psycho-sociale. « On le soutient à fond », confie Marie-Jo, la mère de Cédric, qui a promis de traverser l’Atlantique avant l’été, pour s’attabler chez Milo & Fine. « Il cuisine tellement bien... »

Voir en ligne : Ouest France

Commenter cet article

Commentaires

1 Message

  1. L’histoire. Avec Cédric, Montréal se met à la galette-saucisse

    C’est ma femme (Rennaise d’origine) qui va être contente !!
    Dès qu’on monte à Montréal, (nous habitons Québec) ce sera un passage obligé !
    Bravo
    AB

    par Alain Bouchez | 10 mai 2015, 22:46

    repondre message


Dans la meme rubrique

L’Union Européenne interdit la galette-saucisse en ville à partir de 2018
9 décembre 2016 | par Kaiser
Etre supporteur en Ligue 1, ça creuse !
11 mars 2016 | par Kaiser
Chez Pépère à Nantes (Loire-Atlantique), Chez Francis à Marseille (Bouches-du-Rhône) ou à la (...)
Comment la galette-saucisse est devenue l’emblème culinaire de toute une région
19 janvier 2016 | par Guillaume Blot, Kaiser
Dimanche 22 novembre, 15 heures, à proximité du Roazhon Park. Quelques fumées éparses s’échappent (...)
Étienne Daho n’aime pas la galette-saucisse
28 novembre 2015 | par Kaiser
Londres ou Paris ? David Bowie ou Lou Reed ? Madonna ou Amanda Lear ? Étienne Daho a répondu aux (...)
France Inter à Rennes : François-Régis Gaudry met la cuisine du terroir à l’honneur
28 novembre 2015 | par Kaiser
Trois questions à François-Régis Gaudry, critique gastronomique à L’Express et Paris Première, et (...)