// Vous lisez...

Revue de Presse

Rennes : " Galette saucisse " entre au conservatoire

A l’approche de la finale de la Coupe de France, les paroles du célèbre hymne du Stade Rennais " Galette saucisse, je t’aime " sont entrées au conservatoire. Le professeur de musique Ricardo Rapoport a retranscrit les notes de la chanson sur une partition avant de la jouer avec huit élèves au basson.

Les paroles de la célèbre chanson des supporters rennais viennent de franchir les portes du conservatoire de la Rue Hoche à Rennes. Ricardo Rapoport, professeur de basson dans cet établissement, est à l’origine de ce phénomène. A quelques jours de la finale de la Coupe de France opposant le Stade Rennais à Guingamp, le musicien a retranscrit les paroles « Galettes saucisses, je t’aime, j’en mangerai des kilos, dans toute l’Ille-et-Vilaine, avec du lait Ribot » sur une partition, explique le quotidien Ouest-France. Le professeur de musique a ensuite joué, avec huit jeunes filles de sa classe de basson, une interprétation insolite de cette chanson bretonne dans un clip vidéo. L’hymne rennais a donc sa nouvelle version et devrait résonner samedi soir, au Stade de France.

Voir en ligne : France info

Commenter cet article

Commentaires


Dans la meme rubrique

« Galette-saucisse, je t’aime », le livre pour tout savoir sur une institution
2 novembre 2013 | par Kaiser
Sous ses apparences parodiques, l’ouvrage « Galette-saucisse, je t’aime » est une ode drôlissime et (...)
Au TNB, l’amour du théâtre et de la galette saucisse ! - Rennes
23 mai 2013 | par Kaiser
Coupe de la Ligue. Samedi, on dansera esplanade de Gaulle avant la retransmission du match. Sur (...)
Savourer Rennes avec les papilles
9 avril 2013 | par Kaiser
Reportage Le samedi, et parmi les incontournables virées du week-end à Rennes, il y a le détour (...)
La galette-saucisse, "LA "spécialité gourmande de Rennes
8 avril 2013 | par Kaiser
BZH vs USA Les Américains n’ont qu’à bien se tenir. Car si en matière de street food les (...)
Les 20 Bretons qui font (vraiment) 2012 - Paru dans "Bikini mag" N° 8
21 octobre 2012 | par Kaiser